Score de dictateur !

Article : Score de dictateur !
2 juin 2014

Score de dictateur !

Abdel Fattah al-Sissi après avoir voté au Caire lundi. (Photo Amr Dalsh. Reuters), Source: Libération
Abdel Fattah Al-Sissi après avoir voté au Caire lundi 26 mai 2014. (Photo Amr Dalsh. Reuters), Source: Libération

Annonçant les résultats provisoires de la présidentielle en Egypte, la présentatrice d’une chaîne cryptée française déclarait sous un air un peu fougueux « Le maréchal Abdel Fatah Al-Sissi gagne l’ élection avec un score de dictateur ». Piqué au vif, je décide de me scotcher à la chaîne pour comprendre le contenu de ce score de dictateur. Et je découvre à travers le reportage que cela n’est rien d’autre que les faramineux 97 % obtenus par le maréchal Al-Sisi pour cette élection.

Je me posai une question. Les chiffres récoltés par le nouveau rais égyptien feront-ils de lui un nouveau dictateur sur le continent ? Y a-t-il un grain de prémonition dans le reportage ? Bien qu’il soit audacieux de prédire la connotation politique que donnerait Al-Sisi à son pouvoir, il y a bien des signes évidents qui inquiètent. Soupçonné être proche des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, pays dans lesquels il a fait ses études militaires, le président élu de l’Egypte, au nom de la lutte contre le terrorisme a lancé un mouvement de foudre contre certains adversaires politiques notamment « Les Frères musulmans » qui apeurent sur le futur politique du régime. Dans un billet de blog, un collège mondoblogueur se demande déjà si Al-Sissi ne légitimerait pas la répression par l’onction du pouvoir. La répression étant une fabrique des pouvoirs dictatoriaux, ça craint.

Curieux, je veux savoir combien sont-ils ces hommes parvenus au pouvoir avec des « scores de dictateur ». Le constat est effrayant. L’Afrique est toujours en pôle position. Mais pour une fois, je peux me réjouir qu’en dépit des « «fraudes massives » et autres « tripatouillages », le hold-up électoral en 2011 du président Boni Yayi au Bénin a été pensé à la juste limite d’un score de dictateur. Lui ayant remporté l’ élection au premier tour avec moins de 54 % des voix. Sauf qu’en souvenir de son score de 2006 pour son premier mandat, il était bien aux portes du cercle très rigide de ces hommes forts à légitimité étonnante avec un score de 75 % des suffrages exprimés.

Il y a trois ans, un classement du site d’informations Slate.fr, plaçait cinq chefs d’Etat africains dans le Top 10 des « dictateurs » élus avec les scores les plus élevés au monde. Mieux encore, la palme d’or revenait au président djiboutien Ismail Omar Guelleh élu avec « plus » de 100 % des voix au cours du scrutin de 2005. Dans ce palmarès, on y rencontre Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (Guinée équatoriale, 95,4 % en 2009, numéro 3), Paul Kagame (Rwanda, 95 % en 2009, numéro 4), Pierre Nkurunziza (Burundi, 91, 6 % en 2010, numéro 5), Abdelaziz Bouteflika (Algérie, 90, 2 % en 2009, numéro 7) et enfin Hosni Moubarak (Egypte, 88, 6 % en 2005, numéro 10).

Et pour rappel, Hosni Moubarak se fera renverser en 2011 lors du « printemps arabe » ,Abdelaziz Bouteflika, quant à lui, se fait réélire même en fauteuil roulant en avril 2014 avec plus de 86 % des voix au premier tour.  Les autres du classement sont encore au pouvoir. Mais fort curieusement, ils ne sont pas les seuls à décrocher ou légitimer leur pouvoir par des scores « staliniens ».

Robert Mugabe (Zimbabwe), Yuri Museveni (Ouganda), Paul Biya (Cameroun), Blaise Compaoré (Burkina-Faso), Denis Sassou-Nguesso (Congo), Idriss Déby Itno sont épinglés par le blogueur tchadien Makaïla. Autant d’éléments bien surprenants, car la plupart de ces pays se réclament être dans un système démocratique. Normal; la démocratie ici est du Nescafé ou on en sait très peu.

En attendant d’y voir plus clair, les projecteurs sont braqués sur le tout nouveau président égyptien pour sa conduite de pouvoir.

Partagez

Commentaires

Abukm
Répondre

Encore un bon décryptage belle analyse je vois parfaitement les choses dans ce même angle.

J'aime bien ce concept de "Démocratie Nescafé"

Bon billet de blog #poliTIC.

De Rocher Chembessi
Répondre

Grand Abukm,

Merci de toujours te montrer présent sur mon blog. Et merci pour le commentaire. Honnêtement, il y a tellement à dire, écrire et raconter sur la politique et la démocratie en Afrique...

Que tu peux aussi t'essayer au blog PoliTIC...

Merci d'être passé...